Dans la nuit claire et glaciale du 21 au 22 novembre 1942, au milieu de la forêt-au-Duc, à deux kilomètres au sud de Quarré-les-Tombes, une équipe de cinq hommes réceptionne un parachutage. C’est le premier dans notre département et, curieusement, il est destiné à une organisation communiste.

Les origines et les enjeux de ce parachutage sont sans relation directe avec l’histoire de la résistance icaunaise. Ils sont un élément des relations nouées en 1942 entre le général de Gaulle et le parti communiste. Dès l’entrée en guerre de l’Allemagne contre l’URSS, le général de Gaulle, qui avait alors comme seul allié l’Angleterre avait saisi l’intérêt d’un rapprochement diplomatique avec les Soviétiques. Parallèlement, il multiplia les efforts pour séduire et se concilier les communistes français dont ils savaient qu’ils étaient les éléments les plus combatifs de la Résistance de zone occupée.

Le colonel Rémy, homme d’extrême-droite et membre du Bureau central de renseignement et d’action (BCRA) fut chargé de prendre contact avec l’organisation communiste et il y parvint en avril 1942. Il s’agissait d’une mission technique très précise : organiser avec les FTP un réseau de renseignement et leur livrer des armes. Le BCRA souhaitait que les communistes envoient à Londres des hommes qui y seraient formés à la transmission des renseignements. Le contact fut perdu, renoué par Jean Moulin puis par Pierre Brossolette durant l’été, et enfin repris par Rémy en octobre. Rémy dépassa le cadre de sa mission, il ouvrit des discussions politiques avec le parti communiste, discussions qui aboutirent au départ pour Londres de Fernand Grenier le 11 janvier 1943, coup de théâtre politique qui marqua l’adhésion officielle du PCF à la France combattante.

C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre le parachutage du Morvan. Georges Beaufils (« Joseph ») qui avait été le premier contact de Rémy en avril 1942, lui avait demandé pour les FTP des armes et un poste de radio. Le BCRA avait parachuté un agent le 28 mai, qui avait été immédiatement arrêté par la Gestapo. Lorsqu’un nouveau parachutage fut programmé, ce fut le Morvan qui fut choisi. Le parti communiste y dispose de plusieurs militants, dont Paul Bernard (« Camille ») et Jean Longhi (« Grandjean »). Coupés de l’organisation parisienne, ils sont tous deux dans le Morvan depuis octobre 1941.

En septembre 1942, des instructions leur parviennent par l’intermédiaire de Jean Sylvère, avec lequel Longhi a travaillé à Colombes. Les deux hommes rejoignirent Antoine Sylvère (« Toinou »), le père de Jean, qui dirige à Quarré-les-Tombes une entreprise forestière où viennent se « planquer » des communistes clandestins. Ils doivent trouver un terrain de parachutage et constituer une équipe de réception.

En octobre 1942, ils s’installent au Moulin Simonneau, sur le Trinquelin, commune de Saint-Léger-Vauban. C’est le Brigadier forestier Chevau qui leur indique des champs situés en plein milieu de la Forêt-au-Duc, appelés les champs de Vannay, près du hameau de Lavault. Le lieu réunissant les conditions favorables, ses coordonnées sont envoyées à Paris. Début novembre Albert Guesquin (« Bob ») apporte les consignes. Il revient deux semaines plus tard.

Le 21 novembre au soir, la BBC diffuse le message attendu : « Célestin ira déjeuner ce soir chez Anastasie ». Un quadrimoteur largue plusieurs containers dans la clairière. L’équipe de réception : Antoine Sylvère, Jean Longhi, Albert Gueusquin, Paul Bernard, Chevau transporte les containers dans les bois et les y enterre au fond d’une fosse précédemment creusée. Il y a des armes et des grenades, ainsi qu’un poste-émetteur dans une valise. « Bob » l’emporte immédiatement à Paris. Gueusquin est arrêté en mars 1943. Sur lui la Gestapo trouve une quittance de loyer d’un logement qui est celui de la seconde fille de Sylvère. Les policiers remontent la filière jusqu’à Quarré-les-Tombes. Début avril 1943, Chevau apprend par la gendarmerie de Quarré-les-Tombes qu’une opération de police se prépare. Il prévient Sylvère, Longhi et Bernard qui peuvent échapper à l’arrestation. Mais les trois enfants de Sylvère ainsi qu’une camarade sont déportés.

Sources : Longhi Jean, Le premier parachutage anglais en Morvan pour la Résistance française, in Vigreux Marcel (dir.), Le Morvan pendant la Seconde Guerre mondiale, ARORM, 1998. Cordier D., Jean Moulin. La République des catacombes, Gallimard, 1999, 999 p. Crémieux-Brilhac Jean-Louis, La France libre. De l’appel du 18 juin à la Libération, Saint-Amand, Gallimard, 1996, 969 p.

© Arory  •  Site réalisé par Thierry Roussel - Creacteurs Studio