Les deux derniers FFI tués dans l'Yonne

Le 4 septembre 1944, le département de l’Yonne est entièrement libéré. C’est d’ailleurs cette date qui allait être officiellement retenue comme étant celle de la libération définitive de l’Yonne. C’est aussi ce jour que le Comité militaire national décide la dissolution des FTP.

Des groupes de militaires allemands parviennent encore à s’infiltrer au nord de la Loire et traversent des régions considérées comme libérées. Le soir du 4 septembre, un de ces groupes circulant à bicyclette traverse Noyers. Les militaires allemands, sans doute fatigués et nerveux, n’en sont pas moins très agressifs. Dans la traversée du bourg, ils attaquent une voiture de maquisards à l’arrêt. Il s’agit d’un véhicule du maquis « Verneuil ». Gilbert Forgeot est tué. C’est alors que Claude Burat, roulant sur une moto conduite par Maurice Davry arrive dans le village. Les militaires allemands ouvrent le feu sur eux. Les deux hommes blessés parviennent à escalader le mur peu élevé d’un jardin. Maurice Davry blessé, arrive à s’échapper. Claude Burat s’écroule dans le jardin où l’un de ses poursuivants lui tire une balle dans le cœur.

Robert Loffroy était l’un de ses amis. Laissons-lui la parole : « Cette mort impensable tant ce coin de l’Yonne semblait complètement libéré jetait la consternation parmi ses camarades de l’ancien maquis Paul Bert (…) Après avoir été dans l’Yonne un des premiers à se lever et à s’engager dans le dur chemin de la Liberté, il allait être le dernier combattant de la Résistance à tomber dans le département (…) Accablé par le désespoir que provoquait en moi cette mort que je trouvais injuste, je ne devais pas avoir le courage d’assister à ses obsèques qui eurent lieu à Guerchy en présence d’une assistance considérable ».

Inaugurée à Noyers le 21 avril 1946, une plaque commémorative rend hommage aux deux derniers FFI tués au combat dans notre département.

Sources : Bailly Robert, Si la Résistance m’était contée…, Clamecy, ANACR-Yonne, 1990, 520 pages Loffroy Robert, Mémoires de Guerre, manuscrit inédit.

Joël Drogland

© Arory  •  Site réalisé par Thierry Roussel - Creacteurs Studio