Colloque Robert Loffroy 29 novembre 2014

Colloque Robert Loffroy, Auxerre :

Accueil du public

9h15-9h30 : Allocutions de bienvenue de M. le maire d’Auxerre et des organisateurs

9h30-10h :Introduction et ouverture des travaux, par Fabrice Grenard, historien spécialiste du ravitaillement sous l'Occupation, de la Résistance et des maquis, président du colloque.

10h-10h30 : « Biographie et autobiographie, problèmes et débats autour du cas de Robert Loffroy », par Claude Pennetier, chercheur CNRS (H), Directeur du Maitron Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social.

10h30-11h : « Robert Loffroy , ou l’engagement communiste et ses problématiques », par Bernard Pudal, professeur émérite, Université Paris X-Nanterre.

11h-11h30 : débat avec la salle / pause

11h30-12h : « Les identités multiples de la Résistance icaunaise » par Frédéric Gand, professeur, historien du groupe de l'ARORY.

12h-12h15 : débat avec la salle

12h15-14h : Pause déjeuner

14h-14h30 : « Le rôle de Robert Loffroy dans la Résistance icaunaise » par Joël Drogland, professeur honoraire, historien du groupe de l'ARORY.

14h30-15h : « Robert Loffroy et la Résistance non communiste dans l'Yonne » par Thierry Roblin, professeur, historien du groupe de l'ARORY.

15h-15h30 : débat avec la salle / pause 15h30-16h : « Robert Loffroy et la mémoire de la Résistance communiste icaunaise » par Claude Delasselle, professeur honoraire, historien du groupe de l'ARORY.

16h-16h30 : « Communisme et syndicalisme rural dans l’Yonne de l’après-guerre », Jean Vigreux, professeur à l’Université de Bourgogne.

16h30-17h débat avec la salle

17h-17h30 : Conclusion des travaux par Fabrice Grenard

17h30 : Apéritif républicain à l’invitation de la municipalité d’Auxerre

Colloque du 3 décembre 2011

Photographie parue dans le journal l'Illustration de décembre 1941

L'entrevue Pétain-Göring du 1er décembre 1941

 

Programme détaillé :

 

10h : Inauguration du colloque en présence de nombreux officiels dont les conseillers généraux Mr Rolland et Mme Magne.

 

10h15 : présentation de l'exposition de l'ARORY sur l'Yonne pendant la guerre par Claude Delasselle président de l'ARORY et François Genreau président de la Société Archéologique et Historique des Vallées du Créanton et de la Brumance.

 

14h : ouverture du colloque par François Marquet maire de Vergigny

 

14h00 : début du colloque

 

Présentation du colloque par Mrs F. Genreau et B. Goudon (Amicale du Souvernir des combattants)

 

Présentation de documents d'archives concernant l'entrevue par J.P Montmayeul.

 

Choix du site de Vergigny pour l'entrevue par G. Ribeill

 

Pause : débat

 

15h30 : intervention de F. Gand et T. Roblin sur les raisons, les enjeux et le bilan de cette rencontre.

 

 

 Opens internal link in current windowCommander les actes de ce colloque

 

 

 

 

 

 

 

Colloque de l'ARORM 19 novembre 2011

Claude Delasselle a assisté au colloque organisé par l’ARORM, le 19 novembre 2011, au Musée de la Résistance de Saint-Brisson et consacré aux crimes racistes commis par l’armée allemande. Interventions notamment de Johann Chapoutot, « Les nazis et les Noirs », Raffael Scheck, « Les massacres de juin 1940 », Jean Vigreux, « Aux origines de la mémoire du massacre de Clamecy », Julien Fargettas, « La force noire, mythes, imaginaires et réalités ». Ce colloque s’est terminé par la projection du film de Mireille Hannon, « Les 43 tirailleurs » (évocation du massacre de 43 soldats coloniaux près de Clamecy en juin 1940).

Colloque Université d'Orléans les 18 et 19 novembre 2010

A. Wieviorka. S. Berstein, R. Franck, JP. Azema.

Le moment 1940 Effondrement national et réalités locales

Ce colloque était organisé par le Cercil (Centre d’Étude et de Recherche sur les Camps d’Internement dans le Loiret - Beaune-la-Rolande, Pithiviers et Jargeau - et la déportation juive), qui en a brillamment assuré toute la logistique, l’Association des amis de Jean Zay, le cercle Jean Zay d’Orléans, l’ONACVG du Loiret, l’Université d’Orléans, le Laboratoire Collectivités Territoriales (UFR Droit, Economie et Gestion) et le Laboratoire Savours (UFR Lettres, Langues et Sciences humaines).

Le comité scientifique du colloque était présidé par Antoine Prost et composé de Pierre Allorant, Jean-Pierre Azéma, Serge Berstein, Noëlline Castagnez, Jean-Marie Flonneau, Jean Garrigues, Jean-Noël Jeannenay et Annette Wieviorka. Antoine Prost présenta ainsi ce colloque « Nous savons que la guerre se termine par une débâcle et que le vote du 10 juillet conduit au régime de Vichy. Mais ces aboutissements n’étaient pas joués d’avance. Il faut donc rendre à l’année 1940 son incertitude. Le colloque privilégie donc les moments où l’histoire bascule, les décisions qui orientent l’avenir, à l’insu parfois de leurs auteurs, les commencements de Vichy et de la Résistance. L’intérêt porté à la scène majeure où jouent les États conduit souvent à une vue trop générale, qui oublie le vécu des populations. En jouant sur les échelles nationale et locale, on tentera de comprendre leur articulation. Comme les autres départements, le Loiret est le lieu de règlements de compte politiques et d’improvisations administratives qui dessinent peu à peu le visage concret du nouveau régime. Mais il est plus que tout autre traversé par les routes de l’exode et frappé par les bombes ; de plus, proche de Paris, il peut ressentir plus rapidement que d’autres les orientations de l’occupant. C’est un exemple qui mérite une orientation particulière ».

Le colloque fit donc alterner une vingtaine de communications au cours de quatre demi-journées, les unes proposèrent des exposés de synthèse sur des sujets larges, les autres, des analyses plus précises sur des sujets de recherches locales. Les participants étaient des spécialistes reconnus de la période (François Cochet, Serge Berstein, Robert Franck, Jean-Pierre Azéma, Julian Jackson, Annette Wieviorka, Alya Aglan, Michel Margairaz etc.) et de jeunes chercheurs ; leurs communications entrecroisèrent les aspects militaires, politiques, économiques, sociaux et culturels dans le cadre d’une articulation entre l’échelle nationale et l’échelle locale. Elles furent suivies par plus de 150 personnes, passionnées, curieuses et attentives.

Ce compte-rendu est réalisé à partir des notes prises au cours du colloque. Il n’a évidemment pas prétention à l’exhaustivité et s’efforce de traduire l’essentiel du contenu des communications. Dans la plupart des cas les orateurs dont été limités par le temps et ont dû plus ou moins écourter et résumer leur texte. Les Actes du colloque qui seront édités par le Cercil dans un avenir prochain seront une véritable somme.

La conférence d’ouverture, « L’étrange défaite de March Bloch, revisitée », fut faite par Jean-Louis Crémieux-Brilhac, résistant et historien. Stanley Hofman a qualifié cet ouvrage posthume d’« analyse la plus pénétrante et la plus juste de notre défaite ». Marc Bloch veut comprendre, mais il veut aussi témoigner pour les Français qui devront en tirer les leçons. L’ouvrage se compose de deux parties : le témoignage et les réflexions du militaire (mobilisé à sa demande, Marc Bloch a charge du ravitaillement en essence de l’armée du Nord) ; l’examen de conscience du citoyen. Avec une lucidité forte Marc Bloch démontre que la défaite militaire a des causes exclusivement militaires : erreurs stratégiques, incohérence de la doctrine, insuffisance et défaillance des hommes et surtout des chefs. Ils sont incapables de s’adapter, paralysés devant l’imprévu, aveuglés par la doctrine de l’École de guerre (analyse qui rejoint celle faite par de Gaulle 15 ans plus tôt déjà). La lourdeur administrative dilue les responsabilités. Les capitaines, commandants et colonels sont gâtés par 20 ans de vie de garnison ; les généraux sont vieillis et leur pensée sclérosée ; ils sont aussi au plus haut niveau (Pétain et Weygand) rongés par « l’esprit de parti et les basses ambitions politiques ». Mais les responsabilités sont aussi à chercher dans les profondeurs de la société française : fléchissement de l’esprit citoyen (« épargner le sang des jeunes » comme le veut Daladier relève selon lui « d’une pitié un peu molle »), oubli par les syndicats ouvriers des intérêts nationaux, « palinodies » du parti communiste, pacifisme des instituteurs (qui « ont travaillé inconsciemment à faire des lâches »), médiocrité et perversité de la presse, immense faillite de la bourgeoisie qui se laissa aveugler par le parti pris, désespéra de la patrie et finit par estimer naturel que la France soit battue. La critique est cruelle souligne le conférencier, mais n’est pas un réquisitoire, c’est un constat. Il s’agit dit-il « d’un livre magnifique, la meilleure incitation à une compréhension du désastre ».

François Cochet (Université de Metz). La campagne de France François Cochet insiste plus particulièrement sur quelques points mis en évidence par le renouveau historiographique impulsé par les historiens étrangers ; l’essentiel étant de montrer que la défaite n’était pas inéluctable. A partir de 1926 on pense la ligne Maginot ; son objectif est de couvrir la mobilisation et d’amener les Allemands à attaquer la France par la Belgique. Il s’agit d’économiser des hommes, mais on y consacre trois armées entières. Gamelin ne veut pas prendre l’offensive, il veut attendre, aller chercher les Allemands en Belgique avec 10 divisions dont cinq britanniques ; mais il ajoute la variante Breda qui nécessite trente divisions et comporte de grands risques. Côté allemand, rien n’est joué d’avance. Les premiers plans prévoient effectivement d’attaquer par la Belgique et ce plan initial est repoussé à 30 reprises car beaucoup d’officiers sont réticents à attaquer la France. Le plan Manstein-Guderian n’est adopté que le 13 février (c’est un choix de Hitler qui illustre le processus de décision typique de la dictature par sa rapidité). Les forces s’équilibrent en ce qui concerne les blindés et les chars français sont d’excellente qualité. C’est la doctrine d’emploi qui va faire la différence. Les manques français sont à chercher dans l’aviation, l’artillerie antichar et antiaérienne, les transmissions (catastrophiques, on se méfie du phonique), la logistique (ravitaillement en essence par camions-citernes), les moyens de franchissement. Mais il y a des manques allemands aussi : des munitions pour trois mois au plus ; la mainmise sur les Sudètes fut essentielle car le matériel saisi permit aux Allemands d’équiper quinze divisions. Une succession de miracles côté allemand et de nombreuses occasions manquées côté français (ne pas exploiter l’information de la concentration de blindés dans les Ardennes ; ne pas attaquer les Allemands sur leur flanc quand ils foncent vers la Somme) permettent de comprendre la défaite. Il reprend à son compte les thèses de l'historien allemand Karl-Heinz Frieser (Le Mythe du Blitzkrieg) qui affirment que le Blitzkrieg fut moins le résultat d'une préparation que le fruit des événements sur le terrain et du zèle de quelques généraux (tels Heinz Guderian ou Erwin Rommel). Il insiste sur l’énorme concentration de feu à Sedan qui fait penser à Verdun le 21 février 1916 : 600 avions sur sept kilomètres de front écrasent deux divisons françaises. On observe des cas de combativité forte côté français et des cas de panique côté allemand. Les chefs français sont défaillants et commandent trop loin de leurs troupes ; les chefs allemands sont réactifs ; ils ont été formés à prendre des responsabilités et des initiatives.

Marie-Claude Blanc-Chaléard (Paris X Nanterre). Les étrangers dans l’armée La France compte plus de 2,5 millions étrangers en 1939 ; de nombreux réfugiés républicains espagnols sont arrivés depuis peu. Beaucoup de ces étrangers « veulent en découdre » ; ils veulent défendre la France qui les a accueillis ; ils veulent combattre le nazisme. La communication porte essentiellement sur les étrangers qui ont souscrit un engagement volontaire dans l’armée française en 1939. Ils furent près de 80 000. Ce type d’engagement a été prévu et des décrets d’avril et mai 1939 ont créé des régiments de marche de volontaires étrangers (RMVE), afin de permettre une incorporation qui ne soit pas dans la Légion. « Le processus de l’engagement est apparu très vite comme une machine à contraindre et à décourager les étrangers ». Les cadres de l’armée sont fortement xénophobes et se méfient de ce potentiel « ennemi de l’intérieur », souvent juif et subversif ! Les engagements vont se faire dans la Légion, dans des compagnies de prestataires (qui ne combattent pas) ou dans deux RVEM principalement (un 3e était en cours de création et un 4e fut envisagé). Les moins mal vus par l’Armée sont les Espagnols ; ils constituent une part importante des engagés volontaires ; les Allemands et assimilés restèrent dans des camps dans des conditions indignes. Globalement, un tiers des engagés furent espagnols, un tiers furent des juifs d’Europe centrale, le derniers tiers rassemblent des dizaines de nationalités. Les Polonais furent regroupés à Coëtquidan et les Tchèques à Agde. Le 21e et le 22e RMVE furent constitués au camp de Barcarès avec 10 000 hommes de 40 nationalités, surtout espagnols et juifs. Ils étaient mal équipés, n’avaient presque pas d’armes et ne reçurent que très peu de formation militaire ; par dérision les Allemands les appelèrent les « régiments ficelles ». Antisémitisme et xénophobie des cadres de l’Armée rendirent l’ambiance délétère. Quand ils furent engagés (à Narvik et sur quelques lieux de la bataille de France), ils combattirent et eurent de fortes pertes). Les Espagnols que les Allemands firent prisonniers se virent refuser le statut de combattants et furent déportés à Mauthausen où ils arrivèrent dès le 6 août 1940. Beaucoup de prisonniers juifs furent envoyés dans les Stalags et échappèrent à la solution finale. « Le moment 1940 fait apparaître l’immense gâchis humain et symbolique. Pour l’Armée, la volonté de s’engager pour la France et la liberté ne fut pas prise en compte. »

Dans le cadre des manifestations organisées autour du colloque, le film « Les régiments ficelles. Des héros dans la tourmente de 1940 » fut projeté le soir à Orléans en présence du réalisateur Robert Mugnerot. Sorti en 2010, il retrace l’histoire des régiments de combattants volontaires étrangers. Philippe Nivet (Université Jules Verne de Picardie). Les populations civiles de la Somme en 1940 Abbeville est bombardé le 10 mai, Amiens le 18 puis le 19 mai. Une évacuation massive des populations n’avait pas été prévue ni même envisagée (en dehors d’un plan de dispersion de la population amiénoise), au contraire le département devait accueillir et organiser le transit des populations du Nord et du Pas-de-Calais. Le 17 mai, le général commandant la Place d’Amiens lance un appel au calme et refuse au préfet un ordre d’évacuation. Le 19 mai, les autorités civiles appellent la population à rester en ville et à continuer ses activités. On observe la différence avec mars 1918 : Amiens avait alors été bombardé et l’administration municipale avait facilité les départs. Mais dans la nuit du 19 mai, certaines autorités quittent la ville, ce qui est perçu comme un abandon par la population. C’est le début de l’exode : la population part vers l’Ouest, par des itinéraires aléatoires. Beaucoup iront jusqu’à Lorient où les relations avec la population bretonne seront bonnes (à la différence de ce qu’elles furent lors de la Première Guerre mondiale comme l’a montré Philippe Nivet dans une étude, « Les Boches du Nord »). 5000 Amiénois seulement restent en ville. Le retour est encouragé sitôt l’armistice signé mais il se heurte à des obstacles nombreux ; le plus pénible étant l’interdiction par l’occupant des retours dans ce qui est devenu la zone interdite, au nord du département. Des camps d’accueil firent ouvert sur la limite de cette zone, et des filières de passage clandestin s’organisèrent. En novembre 1940, 83% de la population était rentrée. De fortes tensions apparurent entre ceux qui revenaient et ceux qui étaient restés. Les premiers eurent tendance à accuser les seconds d’avoir pillé leurs domiciles. Or ceux qui étaient restés avaient travaillé au déblaiement des ruines et considéraient ceux qui étaient partis comme de lâches fuyards.

Éric Roussel (écrivain, journaliste). Le Massilia Éric Roussel a choisi de ne pas rappeler, même brièvement, ce que fut l’événement qu’il a supposé bien connu de tous. C’est sans doute dommage car le public de ce colloque n’est pas composé uniquement de spécialistes ; il est riche de sa diversité, de sa passion et de sa curiosité et est quelque peu resté sur sa faim. Il aurait suffi de rappeler que « Massilia » est le nom du paquebot mis à la disposition des parlementaires en juin 1940, afin de gagner l’Afrique du Nord au moment où il est prévu que les pouvoirs publics doivent quitter la France pour continuer la guerre. Le président de la République, puis les présidents des deux Chambres, renoncèrent au départ. Mais 19 députés parmi lesquels Daladier, Mandel, Pierre Mendès-France, Jean Zay, Viénot et un sénateur étaient embarqués quand le paquebot appareilla le 21 juin pour le Maroc. Débarqués le 24 juin à Casablanca, ils furent arrêtés sur ordre du général Noguès et renvoyé en France après un séjour à Alger, le 18 juillet. La propagande de Vichy put ainsi présenter ces hommes, décidés à poursuivre le combat, comme des lâches et des fuyards. Tous seront persécutés par Vichy, malgré le plaidoyer que fit Herriot le 10 juillet ; Mandel et Jean Zay paieront de leur vie cet acte de courage. Éric Roussel cherche à savoir s’il s’est agi d’un piège délibérément monté pour se débarrasser de parlementaires républicains où si, à l’origine du moins, l’opération avait vraiment pour but de préserver une partie du personnel républicain d’une éventuelle occupation. Le projet de déplacer les pouvoirs publics en Afrique du Nord afin qu’ils puissent rester libres et éventuellement continuer la lutte, avait été cautionné par Lebrun, par Herriot (président de la Chambre des députés) et par Jules Jeanneney (président du Sénat). Pétain avait dit qu’il ne partirait pas et Camille Chautemps qu’il partirait. Le départ fut fixé au 20 juin à 14h. Aucune preuve ne peut être établie d’un éventuel piège monté par Pétain pour se débarrasser de ceux qui s’opposeraient sans doute à sa volonté de prendre le pouvoir. Il parle peu et l’admiration à son égard est très large. On peut par contre prouver l’intervention de son entourage, Darlan, Laval et surtout Raphaël Alibert, son proche conseiller. Il a monté un piège qui inclut un mensonge au président Lebrun pour le retenir en France au dernier moment, suivi alors par Herriot et Jeanneney. Il semble que les parlementaires embarqués n’ont pas eu conscience de la manœuvre, sauf peut être Mandel. E. Roussel conclut sur le fait que cet épisode est très révélateur de la période qui court du 16 juin au 10 juillet : les principaux acteurs ne peuvent pas concevoir ce qui va se passer ; cette cécité a pour cause l’admiration dont Pétain est l’objet, y compris de la part de Blum, Herriot et d’autres responsables.

Serge Berstein (IEP Paris). La mort de la République. Le gouvernement de Pétain du 16 juin au 10 juillet 1940 Le 16 juin 1940, la défaite est acquise. Le gouvernement a quitté Paris pour les châteaux de la Loire puis pour Bordeaux. Paul Reynaud est président du conseil depuis mars. Il est dépourvu d’autorité (il a été investi avec une voix de majorité, après qu’Herriot ait procédé à quelques corrections…) ; il est dépourvu de majorité (sa majorité repose sur le parti radical qui ne lui pardonne pas d’avoir évincé Daladier, homme fort du gouvernement) ; il est virtuellement démissionnaire (il a donné sa démission le 9 mai et l’a reprise le lendemain en apprenant l’offensive). Il a procédé à deux remaniements en faisant entrer deux hommes supposés incarner la victoire (Pétain et Mandel) et a nommé un nouveau généralissime (Weygand). Le Parlement s’est ajourné le 5 juin. Au sein du gouvernement, les débats portent sur l’issue à donner à la défaite : faut-il que l’armée capitule, laissant libre le gouvernement de continuer la guerre, y compris depuis l’Afrique du Nord, ou faut-il demander l’armistice. Dans le premier cas les militaires endossent la responsabilité, dans le second, ce sont les politiques : c’est évidemment la position de Pétain et de Weygand. A Bordeaux, Laval et Adrien Marquet (le maire de Bordeaux) aidés de quelques autres appuient la position de Pétain. C’est Camille Chautemps qui va donner le coup de grâce aux partisans d’une continuation de la guerre, en proposant que soient demandées aux Allemands les conditions de l’armistice, et en soutenant qu’elles seront tellement insupportables, que la décision de continuer la guerre s’imposera à tous ! Reynaud démissionne ; il aurait plaisanté en proposant à Lebrun de choisir Pétain pour son successeur ; toujours est-il que Lebrun suit le conseil et est ravi de voir Pétain sortir une liste de ministres déjà prête ! Il s’agit en apparence d’un gouvernement de défense nationale qui va du PSF (Ybarnégaray) à la SFIO (deux socialistes, avec accord de Blum). En réalité, les forces politiques sont disloquées ; le 22 juin Pétain fait entrer Laval et Marquet, demande les conditions d’armistice et annonce qu’il faut cesser le combat. « Tout est joué, plus rien ne s’oppose à l’avancée de la Wehrmacht ». S. Berstein insiste sur l’acharnement des chefs militaires à s’exonérer de toute responsabilité dans la défaite et à la faire porter sur les politiques ainsi que sur leur volonté obstinée de refuser tout combat hors de la métropole et d’accepter l’armistice quel qu’en soit le prix. Il affirme la thèse du complot contre la République : il fallait empêcher le départ des pouvoirs publics en Afrique du nord car c’est alors vers eux que se serait déplacée la légitimité républicaine et il serait alors devenu impossible de transformer les institutions. La mort de la IIIe République était dès lors programmée et les manœuvres politiques dans les jours qui précèdent le vote du 10 juillet eurent pour but « d’installer en France un régime de type fasciste collaborant avec l’occupant ».

Antoine Prost. La mort de la République. Le débat juridique. Antoine Prost propose un changement de perspective, une relecture juridique de l’événement : la République est-elle morte dès le 16 juin ou seulement le 10 juillet ? Il pose d’abord le fait qu’en droit positif, tout gouvernement est légitime, la question de la légitimité du gouvernement Pétain ne se pose donc pas. En droit naturel, il est possible de distinguer le caractère légal du caractère légitime. Un gouvernement peut sortir de la légalité tout en restant légitime. Quand est-on sorti du cadre républicain ? Le 11 juillet 1940 à coup sûr quand Pétain promulgue ses actes constitutionnels ; le gouvernement est illégal et illégitime (la loi de 1884 affirme que la forme républicaine ne peut faire l’objet d’une révision). Les deux votes du 9 et du 10 juillet 1940 ont respecté les formes constitutionnelles (il y a lieu de réviser la constitution décident les deux Chambres par deux votes séparés, puis l’Assemblée nationale vote le texte confiant à Pétain les pleins pouvoirs constitutionnels). On peut en contester la légalité avec deux arguments : les pressions exercées sur les députés d’une part, le fait que les parlementaires n’avaient pas le droit de se débarrasser du pouvoir constitutionnel. C’est donc la façon de réviser la constitution qui est en cause. C’est René Cassin qui, en 1943, a défendu la thèse qui fait remonter au 16 juin la fin de la légalité républicaine. Le 10 juillet résulte du complot d’un gouvernement nommé le 16 juin. Ce gouvernement a demandé et signé l’armistice. La signature de l’armistice est un acte de trahison qui soumet la France et son gouvernement aux exigences du vainqueur. Cet acte de trahison rend illégal le gouvernement qui l’a commis. La mémoire collective n’a guère fait grief à Pétain de cette forfaiture, « nous attachons plus d’importance au Pétain signataire du statut des Juifs qu’au Pétain signataire de l’armistice ».

Robert Franck (Paris I Panthéon-Sorbonne). Le gouvernement de Vichy sous le regard des États étrangers L’émotion est générale à la nouvelle de l’effondrement de la France. C’est une rupture de l’équilibre européen et international. C’est la sécurité de chaque pays qui est menacée ; le regard des étrangers ne porte pas sur le régime qui les intéresse peu : mieux vaut parler de la France de Vichy sous le regard des États étrangers. La réaction première et générale en apprenant l’effondrement c’est la compassion, la pitié, la surprise, la déception, voire la colère. « Une lumière qui se voile » dit un diplomate étranger. En Roumanie (qui est alors dépecée), il y a des manifestations hostiles devant les consulats allemand et italien et des manifestations de soutien devant les consulats français et britannique. Aux Etats-Unis, on a d’emblée peur pour le Royaume-Uni. Il est intéressant d’observer que les États étrangers n’auront pas de compassion pour les morts de Mers el Kébir et que par la suite on craindra de voir le gouvernement venir s’installer en zone occupée. Roosevelt estime que Montoire menace 160 ans d’amitié franco-américaine. L’Italie, l’Espagne et le Japon craindraient plutôt de voir la France trop favorablement traitée. R. Franck montre que le gouvernement de Vichy a mené une politique de l’image en envoyant des argumentaires aux ambassadeurs et consuls qui devaient s’en inspirer pour promouvoir l’image de la France. Trois thèmes sont défendus : la France est souveraine, elle n’est pas inféodée à l’Allemagne ; ses institutions sont originales et ne sont pas une copie de celles des dictatures ; le statut des Juifs est une nécessité car les Juifs ont « une mentalité particulière », et doivent être éloignés de certaines carrières (l’argumentaire affirme même que le statut les protège d’un antisémitisme violent !). R. Franck conclut en disant que Vichy a perdu la bataille de l’opinion à l’étranger dès la fin de 1940, mais que de Gaulle est loin de l’avoir gagnée.

Jean-Pierre Azéma. L’évolution du régime du 10 juillet au 24 décembre 1940 Durant l’été Vichy doit gérer les retombées de la convention d’armistice, voir partir les prisonniers, supporter la ligne de démarcation. Vichy proteste, palabre, gémit… en vain. Il faut ancrer le régime nouveau. Vichy improvise deux créations : les Chantiers de la jeunesse et les Comités d’organisation. Un régime se met en place qui est autoritaire, xénophobe, répressif, mais qui n’est pas fasciste (refus de la guerre et de l’expansion territoriale, refus du parti unique). Il s’agit d’une variante d’un régime autoritaire à fondement charismatique. La Révolution nationale est un pot pourri de maurrassisme, de catholicisme intransigeant, de non conformisme des années 1930. Vichy condamne l’individualisme, rejette l’égalitarisme, pratique un nationalisme fermé, installe le corporatisme, forme des chefs. Vichy est un régime xénophobe qui pratique l’exclusion, l’antisémitisme d’Etat et ouvre des camps d’internement. Il bénéficie du soutien de l’Eglise catholique. C’est Pétain qui donne l’impulsion décisive à la collaboration d’Etat, moins durant l’entrevue (où il n’a pas dit grand-chose) que dans son message du 30 octobre. Il a réfléchi six jours et s’est engagé clairement dans la voie qui lui permet de mener la Révolution nationale. A la fin de l’année 1940, les bases sont bien mises en place d’un régime autoritaire, répressif, anticommuniste, xénophobe et de collaboration politique.

Annette Wieviorka (CNRS, UMR-IRICE Paris I Panthéon-Sorbonne). Le parti communiste en 1940 La communication d’Annette Wieviorka a été écourtée pour des raisons d’organisation et elle n’a guère porté que sur les mois qui ont suivi la signature du pacte germano-soviétique, en particulier sur la désertion de Maurice Thorez qu’elle a particulièrement étudiée pour l’écriture de son dernier ouvrage. L’affaire de la demande d’autorisation de reparution de L’Humanité n’a pas été traitée, ni la question de « l’appel du 10 juillet », ni l’évolution de la ligne du PCF. Pour le parti communiste, il n’y a pas de moment 1940. Il y a un moment du pacte, il y aura un moment du 22 juin 1941. « Surprise et trouble assez profond » écrit Thorez dans ses carnets en apprenant la signature du pacte ; il faut « se taire » dit Mounette Dutilleul, une militante proche de Thorez, et aussi mentir ajoute A. Wieviorka. Dans un premier temps, rien ne transparaît de ce trouble et le parti reste sur une ligne antifasciste. Les députés votent les crédits militaires, les militants obéissent à la mobilisation : Guyot revient pour cela de Moscou, Thorez part ainsi que tous les cadres intermédiaires qui sont alors jeunes. Le 7 septembre Dimitrov, Staline et Molotov rédigent une directive du Komintern définissant la guerre comme impérialiste et ne concernant pas les communistes. Le PCF qui a voté les crédits de guerre doit inverser sa politique. Le PCF adopte la nouvelle ligne. Il est interdit le 26 septembre et la répression s’abat. Thorez se trouvait bien aux armées et aurait sans doute souhaiter y rester. C’est pour éviter l’arrestation que son entourage vient le chercher le soir su 3 octobre. Il aurait pu rester à Bruxelles ; c’est Fried, représentant du Komintern qui craint son arrestation et qui insiste pour qu’il soit appelé en URSS.

Olivier Loubes (classes préparatoires littéraires Toulouse). Vichy année 1940 : le procès de Jean Zay. Jean Zay était natif d’Orléans et député du Loiret. Ses filles ont récemment confié les archives de Jean Zay aux Archives nationales. Olivier Loubes, élève de Pierre Laborie, travaille depuis 20 ans sur Jean Zay. Jean Zay avait été arrêté une première fois le 17 juin 1940 et relâché le 18 avec une lettre d’excuses de Pétain ; arrêté au Maroc le 8 août, il avait bénéficié d’un non lieu devant le tribunal militaire de Mekhnès. Il est condamné le 4 octobre 1940 par un tribunal militaire, après une très courte délibération pour « désertion en présence de l’ennemi ». C’est le « premier procès politique réussi par Vichy », en effet celui de général de Gaulle s’est déroulé en l’absence de l’accusé et celui de Mandel a débouché sur un non lieu. Le procès de Jean Zay a laissé peu de place dans la mémoire collective, « il n’a pas eu accès à une reconnaissance de type universalisante ». Le procès s’est déroulé dans une apparente légalité et dans le respect des règles de l’instruction ; mais la condamnation était programmée. Olivier Loubes montre les trois dimensions de ce procès : un procès militaire pour désertion (il n’y a rien dans le dossier , comme Vichy ne veut pas parler du Massilia que Jean Zay voulait rejoindre, on l’accuse de désertion en présence de l’ennemi, ce qui, juridiquement, permet de le condamner sans parler de ce qui se passera après) ; c’est le procès du parlementarisme et du Front populaire dont Jean Zay a été ministre ; c’est un procès devant l’opinion, pour exclure du corps social un franc-maçon et un juif. Ce procès permet d’expliquer la défaite (les vrais responsables sont les politiques républicains, juifs et francs-maçons), de reconstruire l’union nationale (en stigmatisant l’ennemi de l’intérieur), de légitimer Vichy (Vichy existe parce qu’il légifère).

Alya Aglan (Paris X Nanterre, IEP Paris). La Résistance année zéro, du 18 juin au 11 novembre 1940 Le refus des premiers résistants est multiforme, désordonné, sporadique ; ils ont une impression de solitude. A. Aglan évoque les petits groupes qui forment une nébuleuse et énonce leurs actions : rédaction et diffusion de papillons, de tracts et de journaux, les premiers sabotages. Elle cite les toutes premières missions de la France libre. Les Allemands prennent ces actions au sérieux et réagissent rapidement. Elle propose pour conclure de définir cette première résistance comme un réflexe de survie, appuyé sur un passé partagé et porteur d’un projet d’avenir. Il est dommage que la discussion qui a suivi ait été trop courte pour que cette définition soit discutée et pour que de nombreux autres aspects du sujet soient évoqués.

Michel Margairaz (Paris I Panthéon-Sorbonne). L’économie après l’armistice Les Allemands se sont emparés dès le mois de mai des entreprises dont les dirigeants étaient partis en exode ; ils y désignent des administrateurs provisoires. De nombreuses contraintes sont issues de l’armistice : un taux de change défavorable, une lourde indemnité, un commerce extérieur en apparence excédentaire (la France exporte beaucoup… vers l’Allemagne et importe peu. Mais les Allemands paient avec l’argent français). La fragmentation du pays en multiples zones fait qu’il n’existe plus d’économie française. Vichy accepte un contrôle allemand en zone Sud et un accès aux ressources de cette zone. La faiblesse de l’économie conduit à renforcer le poids de l’Etat dans l’économie (prix et salaires bloqués, répartition étatique des matières premières). Il n’y a plus de marché ; au contrôle de l’État sur l’économie s’ajoute le contrôle des Allemands sur Vichy. Le marché noir et surtout le marché gris deviennent une nécessité de survie. Ce sont les Allemands qui font repartir l’économie : les branches, les secteurs où les lieux sont d’autant plus dynamiques qu’ils servent les intérêts de l’Allemagne. Il y a une France utile à l’effort de guerre allemand et une France inutile ; les entreprises utiles bénéficient de commandes, elles créent des emplois et reçoivent des matières premières. M. Margairaz insiste sur deux idées en conclusion : la Résistance va relégitimer le rôle de l’État dans l’économie, parvenant ainsi à découpler l’action de l’État et l’action du régime de Vichy ; la collaboration économique connaît plusieurs degrés et niveaux, des entreprises peuvent avoir participé à l’effort de guerre allemand avec cependant des résistants dans leur effectif (il prend l’exemple de la SNCF).

Philippe Tanchoux (Université d’Orléans). Les collections des musées nationaux en 1940 Diverses conventions protègent les biens culturels. Des projets d’évacuation ont été élaborés, avec transport par la route en direction des châteaux du Val de Loire. En 1939, on évacue avec succès : 51 convois acheminent des œuvre d’arts vers Chambord qui sert de « gare régulatrice », puis Cheverny, Valencay et d’autres lieux dans l’Orne, la Sarthe etc. Mais l’invasion va au-delà de ce qui avait été envisagé et il faut évacuer plus au sud. L’objectif des autorités françaises est au premier semestre de 1940 de sauver les œuvres d’art de la destruction, au second semestre il est de les sauver de l’appropriation allemande. Mais l’attitude ambiguë de Vichy est signalée à l’égard des collections juives.

Gaël Eismann (Université de Caen-Basse Normandie). Les Allemands dans le Loiret Gaël Eismann a soutenu une thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Pierre Azéma, en 2005 à l’IEP de Paris. Cette thèse vient d’être éditée chez Tallandier sous le titre Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944). Fondé sur les archives allemandes de l’Occupation, ce livre étudie le rôle du Militärbefehlshaber in Frankreich (MBF) qui est la pièce centrale du système d’occupation allemand, installé à Paris, à l’hôtel Majestic. Une présentation détaillée des structures allemandes d’occupation dans le Loiret et de la politique qui y est menée ne lui semble pas possible compte tenu du caractère généraliste de ses travaux et des lacunes dans les sources. Pour la période qui va de l’invasion à l’armistice, elle s’appuie sur les travaux d’Yves Durand : les forces allemandes en campagne vivent sur l’habitant, procèdent à des réquisitions et commettent des exactions. Par la suite, les troupes d’opération restent aux points stratégiques avec des effectifs en diminution continuelle. Le MBF qui se met en place exerce les droits de la puissance occupante, contrôle et surveille l’administration et l’économie. Il superpose son administration à la pyramide de l’administration française. Le département du Loiret est le siège d’une Feldkommandantur établie à Orléans et de deux Kreiskommandanturen à Orléans et Montargis. Il y a 8 à 18 fonctionnaires dans les Feldkommandanturen, selon les départements, le personnel des Kreiskommandanturen se limite à l’état-major du commandant. Le maintien de l’ordre et la répression sont assurées par des troupes de sécurité, la Feldgendarmerie (une trentaine d’hommes), la GFP à partir de novembre 1940. Dès août 1940 s’installe une antenne du SIPO-SD avec une mission de surveillance de l’opinion publique. Les Allemands interviennent immédiatement pour réprimer tout acte de résistance naissante. Un tribunal militaire siège dans le département. La répression est très forte dès le début de l’occupation.

Jean-Marie Flonneau (ancien professeur classes préparatoires littéraires, Orléans). Entreprises et restrictions dans le Loiret En 1939, le Loiret est un département agricole et rural de 344 000 habitants, en cours d’industrialisation et d’urbanisation (Orléans compte 94 000 habitants et Montargis 27 000). 43% de la population active est encore employée dans le secteur primaire ; une vingtaine d’entreprises emploient plus de 100 salariés. Durant la drôle de guerre, pour les entreprises et pour la population, la situation reste proche de la normale : le rationnement est encore peu perceptible. La population n’a pas été préparée aux moments difficiles qu’elle va vivre. Puis c’est le choc de l’invasion et des bombardements, le département compte 13 700 prisonniers de guerre. Les Allemands ont la volonté de remettre l’économie en route rapidement ; quelques initiatives locales et celles de l’administration préfectorale vont dans le même sens. Le rationnement se met en place de manière irrationnelle, sans plan d’ensemble. Vichy pratique le dirigisme avec tâtonnement. A l’automne 1940, les prélèvements et les achats allemands sont encore limités. Sont alors présentées les différentes catégories de la population et quelques exemples de ration. A la fin de l’année la ration moyenne ne fournit que 1220 calories. La part de l’alimentation dans le budget des familles est alors de 50 à 70% mais 30% des familles ne peuvent s’alimenter suffisamment. Ces restrictions brutales sont un vrai traumatisme. Les travaux de déblaiement réduisent le chômage. Le préfet affirme que le retour à la normale est effectif à l’automne, mais on observe de grosses différences selon les branches. Plusieurs entreprises pratiquent une « collaboration survie opportuniste ».

Benoit Verny (classes préparatoires littéraires Orléans). L’arrivée du préfet Morane à Orléans (juin 1940) L’étude a pour sources principales les rapports préfectoraux du 14 juillet et du 10 novembre 1940. Morane n’est pas un politique, il n’est pas de la carrière. C’est un polytechnicien, un ancien de l’école des Ponts, un technocrate. Il arrive le 25 juin dans un département qui a souffert des bombardements et où les moyens de communications sont inexistants, c’est le chaos et il se montre « un technocrate hyperactif ». Il négocie avec les Allemands (dont il parle la langue) pour débloquer des stocks alimentaires, obtenir de l’essence etc. Il mobilise la population, s’appuie sur des ingénieurs, des élus municipaux, publie quatre numéros d’un bulletin d’information. Son activité est efficace dans la mesure où le retour à la normale est assez rapide. Il fait l’apprentissage de la politique et implante le régime de Vichy. Il exerce une forte influence sur les maires ; ses rapports (il reste jusqu’en octobre 1942) montrent son manque de culture et la force de ses préjugés. Il fait aussi l’apprentissage de la collaboration : d’abord une collaboration d’urgence, ensuite un progressif renoncement devant les exigences allemandes. De renoncement en renoncement, il accepte l’inacceptable.

Pierre Allorant (Université d’Orléans). Vers la reconstruction : le préfet Morane Le préfet arrive dans un département détruit par les bombardements. Son action va s’inscrire dans un double objectif : résorber le chômage par le déblaiement et la reconstruction, utiliser l’opportunité des destructions pour reconstruire en innovant et en rénovant. P. Allorant qualifie Morane d’ingénieur « Reconstruction nationale ». Il a derrière lui une carrière qui le prépare à cette tâche de reconstruction : il est ingénieur des Ponts, il a travaillé sur les ponts de la Seine, il a fait partie de l’entourage de Raoul Dautry. Il fait venir à ses côtés une escouade de jeunes urbanistes et architectes. L’équipe est soudée et enthousiaste, elle prépare des plans d’aménagement et souhaite la création d’un ministère de l’Urbanisme. Il s’efforce, avec son collaborateur Jean Royer, de convaincre l’opinion publique : il pratique un « urbanisme de la persuasion » afin de lui faire accepter un urbanisme plus moderne, une reconstruction qui ne soit pas à l’identique. Il ouvre un concours d’idées pour la reconstruction du Val de Loire, fixant dans le cahier des charges l’emploi de matériaux régionaux et l’appel à l’artisanat local. Les plans de reconstruction prévoient de préserver le patrimoine pittoresque des petites villes du Val de Loire : il s’agit de mettre à profit les destructions. L’ambition est plus grande et s’inscrit dans le cadre de la Révolution nationale : la reconstruction doit être « totale, matérielle et morale », il faut lutter contre la macrocéphalie parisienne, restaurer la fierté locale et provinciale. Il s’agit enfin de reconstruire Orléans pour fonder la région. Il veut faire du neuf avec un centre ville détruit sur 17 hectares ; le parcellaire ancien ne sera pas restauré, ce qui n’est pas facile à faire admettre à une population qui veut retrouver ses rues. Mais il faut, dit le préfet, « dépasser l’égoïsme des propriétaires » et faire prévaloir l’intérêt public. P. Allorant conclut en qualifiant ces projets de régionalistes, technocratiques et antidémocratiques… projets qui seront repris dans les années 1960.

Eric Cénat (historien, comédien et metteur en scène). Vie et survie du théâtre d’Orléans Avant guerre le théâtre provincial traverse une crise profonde. Il y 52 théâtres à Paris et 51 dans tout le reste de la France. Le cinéma est 10 à 20 fois moins cher et bien plus attirant. Le théâtre d’Orléans est exploité par la municipalité et en grave déficit. La saison 1939-1940 est presque normale avec ses 57 représentations ; elle se termine quand survient l’invasion. Le directeur du théâtre, Léon Niel, choisit de rouvrir le théâtre au prix de lourds sacrifices. La municipalité supprime toute subvention, il doit équilibrer son budget ; les salaires sont diminués de 50 %. Les Allemands favorisent le maintien d’une saison théâtrale et n’exercent pas immédiatement une censure du contenu. Mais le double étau de la censure vichyste et de la censure allemande va se resserrer autour du directeur qui se refuse néanmoins à la démission sans pour autant accepter de « vendre son âme ». Dans ces conditions la saison 1940-1941 reprend dès octobre et connaît 80 représentations !

Patrick Clastres (classes préparatoires littéraires, Orléans. Centre d’histoire de Sciences Po). Saison sportive et temps de guerre : les clubs orléanais en 1940 Dans les années 1930, le sport connaît une quadruple marginalisation : spatiale (peu de stades, de piscines etc. On fait du sport dans les parcs, les forêts, les bords de Loire, les terrains vagues etc.), temporelle (on pratique le dimanche et pendant une saison qui varie selon les sports), sociale (pratique de jeunes, pas de vétérans, sports différents selon les classes sociales), culturelle (peu de place accordée au sport dans la presse). Il y avait à Orléans une trentaine de sociétés sportives se réclamant de la neutralité, une quinzaine relevant des patronages de France et quelques sociétés se réclamant de la gauche et de la laïcité. La mobilisation est un véritable choc car beaucoup de sportifs partent à la guerre. L’espace régional des sports se rétrécit, se replie sur lui-même. On maintient les manifestations sportives jusqu’au dernier moment : le 9 juin seulement on repousse les manifestations prévues ! Et la reprise est rapide : si la saison théâtrale a repris dès le 13 octobre, les concours de gymnastique ont repris dès le 8 août ! Les patronages catholiques passent à l’offensive et s’efforcent de prendre une influence plus grande.

Julian Jackson (Queen Mary University de Londres) eut la difficile tâche de conclure en quelques mots ces deux jours de colloque. Il revient sur le traumatisme de l’exode, sur le sentiment de trahison qui en résulte et qui fait « pousser Vichy par le bas ». Ainsi le préfet Morane fait-il dans le Loiret du vichysme avant Vichy. Le traumatisme est si grand que l’aspiration du retour à la normal est immense. Mais ce n’est pas possible : les Allemands sont là ! Julian Jackson souligne à cette occasion combien les Allemands ont été largement absents de l’historiographie jusqu’à une date récente ! Il met l’accent sur la difficulté de s’échapper de la vision téléologique de l’histoire ; même si on le veut, sachant ce qu’on sait, on ne peut voir qu’une partie de ce qui s’est fait. Si la Grande Bretagne avait perdu (et il s’en est fallu de peu), on trouverait creuse la rhétorique de Churchill ; le « mythe de Churchill » est autant une conséquence qu’une cause de la victoire britannique ! C’est sans doute plus facile à un historien anglo-saxon de lire « le moment 1940 », d’autant plus que cet historien est l’auteur d’un ouvrage non traduit, « The fall of France ». « The fall », c’est la chute, au sens très fort du terme : c’est plus qu’une défaite, c’est plus que l’effondrement d’un régime ; quelque chose de mondial s’est produit. Mais la fin de la République ne découlait pas nécessairement de la défaite militaire. Comme le souhaitait Antoine Prost, le colloque a permis de rendre à l’année 1940 son incertitude.

© Joël Drogland

Colloque du 13 décembre 2008 : La Résistance icaunaise en perspective

Pour fêter son vingtième anniversaire, l’ARORY (Association pour la Recherche sur l’Occupation et la Résistance dans l’Yonne) organise un colloque : La Résistance icaunaise en perspective

Consultez puis imprimez le programme détaillé du colloque.

A cette occasion, l'ARORY a décidé d'inviter des collègues chercheurs venant d'autres départements que celui de l'Yonne. Nous vous les présentons :

  • Jean-Pierre Besse est professeur au lycée Jules Uhry de Creil, docteur en histoire. Chercheur associé au CNRS Il a été correspondant du CHS2GM puis de l’Institut d’Histoire du Temps présent. Il est l’auteur principal du cédérom AERI, La Résistance dans l’Oise. Il collabore également au Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (Pennetier qui a succédé à Maîtron). il a récemment publié Juin 1940 La négociation secrète, Les Editions de l’Atelier, novembre 2006 (avec Claude Pennetier) 
  • Sébastien Touffu est actuellement délégué à la mémoire combattante à l’ONAC il a intégré cette vénérable institution en 2000. Ses travaux universitaires : Le maquis de Saint Mards en Othe, mémoire de maîtrise soutenu en 1996 à l’université de Dijon. Les structures des principaux mouvements de la Résistance auboise, mémoire de DEA, université de Dijon, 1997. Il a également participé à l’élaboration du cédérom AERI sur l’Aube qui devrait sortir en 2010.
  • Jacqueline Baynac, professeur d’histoire géographie à la retraite, s'est engagée dans des travaux de recherches sur la Résistance et l’Occupation dans la Nièvre quand l’Université de Bourgogne à l'initiative de Marcel Vigreux et Serge Wolikoff, envisageait d’établir un dictionnaire des résistants de Bourgogne. Elle a fait partie de la première équipe qui s’est constituée pour réaliser le cédérom AERI de la Résistance dans la Nièvre (entreprise non encore aboutie). La Résistance est plus qu’un objet de recherche historique pour cette dernière car son père, Camille Baynac, membre de la direction nationale des Jeunesses communistes, a été arrêté en 1942 puis fusillé au Mont Valérien.

 

Commander les actes de ce colloque

© Arory  •  Site réalisé par Thierry Roussel - Creacteurs Studio